Nos Actualités

....

Accompagnement Social
DSI Occitanie
Académie DSI
Formation des Managers aux Ressources Humaines
DSI Île-de-France
Pascal EYMERY et Jean-Louis RIBES présentent les grandes lignes pour 2019
DSI Atlantique
Inauguration Plate-forme Formation FAO
Formation des managers DSI
Qualité & Production
Académie DSI
Inauguration et Remise des Diplômes
Séminaire des Managers de DSI
DSI - Entreprise Adaptée Occitanie
DSI - Distribution Services Industriels
Entreprise Adaptée Toulouse
Distribution Services Industriels
Accueil
Distribution Services Industriels
Activateur de progrès
Distribution Services Industriels
Service Social
Distribution Services Industriels
DSI Informatique

Zoom sur Mary-Pierre DESVIGNES et le GEIPAN

Mary Pierre DESVIGNES DSI GEIPAN

ZOOM sur Mary-Pierre DESVIGNES, Documentaliste DSI

Mary-Pierre DESVIGNES, documentaliste travaille depuis 2006 pour le GEIPAN, Groupe d’Études et d’Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés, service atypique du Centre National d’Études Spatiales (CNES). Elle est rattachée en 2012 au service DSI de Gwennhaël LE DRET, responsable Bureautique in-situ au CNES. Des visites de ce service de DSI sont organisées, pour faire connaître les activités du GEIPAN.

Il n’y a pas que les phénomènes exceptionnels (comètes, éclipses, bolides…) qui sont sources d’émerveillement ou de crainte pour le grand public : chacun d’entre nous peut être amené un jour à faire l’expérience d’une observation d’un PAN (Phénomène Aérospatial Non Identifié) dont l’étrangeté nous plongera peut-être dans la surprise, l’incompréhension, l’inquiétude voir la peur. Longtemps les médias ou différentes associations ufologiques ont été les seuls à relayer ces témoignages ou à proposer des réponses aux observations. 

Le GEIPAN a été créé en 1977 et renouvelé suite à un audit en 2005 pour répondre à l’étrangeté perçue par des témoins d’observations de phénomènes vus dans le ciel. Grâce à son site internet www.cnes-geipan.fr, le grand public peut témoigner individuellement et s’informer sur des phénomènes insolites comme des points en déplacement dans le ciel (satellite, rentrée atmosphérique naturelle ou de débris spatiaux, phénomènes météorologiques…) ou des points quasiment fixes (étoiles, planètes). Ce service sert également de support à des institutions (gendarmerie, aviation civile…) face à des sollicitations ou des enjeux propres. Le GEIPAN est ouvert à toutes les hypothèses, mais son premier travail est d’expliquer une observation avec un ou plusieurs phénomènes connus.

L’autre mission du GEIPAN est de faire progresser l’état des connaissances du phénomène PAN en relayant vers le monde scientifique tout un ensemble de données : les phénomènes qui n’arrivent pas à s’expliquer doivent être caractérisés au mieux pour être transmis à la Science (sciences physiques et sciences humaines).

Suite à la réception d’un témoignage, une enquête minutieuse est

menée qui fait appel à un savoir multidisciplinaire (astronomie, aéronautique, météorologie, photographie, sciences cognitives…) pour expliquer ce qui peut l’être : en fin d’analyse le cas d’observation pourra être classé en A (phénomène expliqué avec preuve à l’appui), en B (phénomène expliqué sans preuve formelle mais avec une forte ressemblance à un phénomène connu), en D (phénomène inexpliqué ; <4%), et en C (témoignage inexploitable par manque d’information).

Chaque témoignage recueilli, chaque enquête sera ensuite publiée sur le site Web (en respectant l’anonymat des témoins et enquêteurs) avec les documents de témoignages et d’enquête liés au cas (document écrit, audio, vidéo, photo…).

Le rôle de la documentaliste s’inscrit dans toutes les étapes du processus d’enquête depuis l’enregistrement des données du témoignage sur une base de données à la publication du témoignage anonymisé et de l’enquête sur le site web : à ce jour 9000 témoignages sont enregistrés formant 3000 cas d’observation (plusieurs témoins pouvant avoir vu le même phénomène) et plus de 2700 cas sont publiés.

Par ses différentes missions le GEIPAN répond aux questions du grand public comme d’un public spécialisé : son rôle est à la fois pédagogique et scientifique.

Mary-Pierre DESVIGNES : "Je vous invite à visiter notre site internet www.cnes-geipan.fr pour découvrir toutes les fabuleuses énigmes du ciel, résolues ou non !"

....

« Cette activité pour le GEIPAN illustre que DSI est capable de porter des expertises et de la valeur ajoutée là où on s’y attend le moins. » 
Pascal EYMERY, Directeur des Opérations DSI

Geipan DSI reunion Managers

Extraits de l’intervention de Mary-Pierre DESVIGNES lors de la Réunion Managers DSI de Juin 2019

Mary-Pierre DESVIGNES, documentaliste travaille depuis 2006 pour le GEIPAN, groupe d’études et d’informations sur les phénomènes spatiaux non-identifiés, rattachée au service DSI de Gwennhaël LE DRET, responsable Bureautique in-situ CNES, en 2012. Cette compétence assez unique est un service atypique du CNES. Des visites de ce service de DSI sont organisées, pour faire connaître les activités du GEIPAN.

Comme l’explique Mary-Pierre DESVIGNES, en dehors de phénomènes périodiques que tout le monde peut voir dans le ciel, il y a des phénomènes exceptionnels et particuliers qui ont toujours été pour les hommes une source d’émerveillement, mais aussi de craintes et de questionnement comme par exemples les éclipses, les comètes, les étoiles filantes, les phénomènes foudres et aurores boréales ...

Beaucoup de légendes et de croyances se sont développées sur tous les continents concernant ces phénomènes dans le ciel ... Beaucoup de documents historiques sur différents phénomènes, à différentes périodes de l’histoire ont pu être réalisés, comme par exemple les événements de Nuremberg, comètes impériales, ou à notre époque, avec par exemple, en 1998, les éclipses qui annoncent pour certains la fin du monde ...

Le ciel fait peur, intrigue ! Mais le ciel fait également progresser la science et le rôle du GEIPAN est autant scientifique que pédagogique et informatif. Le CNES est d’ailleurs la seule agence spatiale civile au monde à s’être dotée d’un service spécifique dédié à l’étude des PAN (Phénomène aérospatial non-identifié) et auquel DSI participe.

Pendant longtemps les auteurs les narrateurs se sont appuyés sur des récits de ce qu’il se passait sur terre ou dans le ciel pour écrire leurs histoires. Au 19e siècle, il y a un nouveau genre qui apparaît suivant la civilisation et les progrès techniques : la conquête spatiale, événement majeur, puis ensuite la science-fiction. Les médias s’emparent très vite de la science-fiction pour faire vibrer leur public, c’est ainsi que Orson Welles en 1838, lors d’un direct à la radio, raconte et joue une scène de théâtre dramatique. En situant l’action dans le présent, les auditeurs vont immédiatement penser qu’il s’agit d’un bulletin d’informations pour annoncer une attaque d’extraterrestres. Les journaux s’en emparent, ce qui déclenchera le lendemain des scènes de panique. Cet événement restera gravé dans la mémoire collective.

Kenneth ARNOLD

En 1947, un aviateur américain Kenneth Arnold raconte qu’il a vu des objets en forme de boomerang se déplacer comme des soucoupes volantes ricochant sur l’eau ; les médias reprennent sa description et utilisent un anachronisme qui va donner le nom « flying sotter », c’est-à-dire « soucoupe volante ». C’est suite à cet événement que le terme « non indentify flying objet » apparaît. C’est cet anachronisme qui a donné le terme ufologie, terme utilisé aujourd’hui pour catégoriser des groupes de personnes qui s’intéressent à des phénomènes d’objets volants non-identifiés, c’est-à-dire d’OVNI.

Dans ces groupes, il y a les 2 extrêmes : ceux qui croient à une origine extraterrestre de tous les phénomènes et les sceptiques qui expliquent ces phénomènes par des méprises.

ovni 1954 radar
En 1954le journal Radar va proposer 1 million de francs au témoin qui pourra rapporter une photo du martien qui débarquera sur terre. Le lot ne sera pas remporté, mais le journal Radar va faire bondir ses ventes en jouant sur le sensationnel et attirer de nouveaux lecteurs.

En 1977le CNES est chargé de mettre en place un service public, le premier et le seul au monde pour étudier scientifiquement tous les témoignages d’observations. On ne parle plus d’OVNI car dans ce terme, il y a le mot « objet », mais de PAN c’est-à-dire de Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés. Derrière cet anachronisme, nous avons tous les phénomènes météorologiques, aéronautiques, aérospatiaux que l’on peut voir dans le ciel.

Toutes les observations sont rapportées en gendarmerie et reccueillies par le GEIPAN qui va tout mettre en œuvre pour apporter une réponse, une explication. Si les observations n’ont pas de réponse, elles sont confiées aux scientifiques. Aujourd’hui, ce sont essentiellement les phénomènes de plasma qui sont donnés aux scientifiques.

Les témoins nous envoient des récits souvent accompagnés des photos, de schémas, d’illustrations, des maquettes en bois. Aujourd’hui, avec les téléphones portables, nous recevons beaucoup de photos et de vidéos. Nous acceptons d’étudier l’observation uniquement quand il a eu une observation directe du témoin car nous avons besoin d’un grand nombre d’informations pour catégoriser ce qu’il a vu. Nous avons à ce jour 9155 témoignages reccueillis depuis 1936 par l’armée ou le GEIPAN. Des rentrées atmosphériques peuvent être vues sur la France entière, sur une région donc plusieurs témoignages peuvent former un seul phénomène. Notre mission est simple : si une réponse publique est officielle, nous répondu au témoin avec une réponse scientifique du phénomène.

Pour cela, quand nous recevons les témoignages, nous les analysons par des enquêtes, nous les archivons pour la communauté scientifique et nous informons le public.

Depuis 2002, DSI est chargé par le CNES de numériser des documents papiers en les rendant anonymes et en supprimant les lieux pour ne laisser que les faits.
Nous avons des conventions passées avec l’armée de l’air, météo France et toute une communauté scientifique. Nos travaux sont vus, validés un fois par an par un comité de pilotage. Mon travail va de l’enregistrement à l’archivage, le classement, la publication web.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre site internet  www.cnes-geipan.fr

 

Offres d'emplois

EMPLOIS TREMPLIN DSI EA

© 2017 DSI. Tous droits réservés. Conception Com3elles